retour

La Bible en un an

Mercredi 17 octobre 2018

Job 8.1-11.20

Discours de Bildad à Job.

8 Bildad de Schuach prit la parole et dit :

2 Jusqu'à quand veux-tu discourir de la sorte,
Et les paroles de ta bouche seront-elles un vent impétueux ?

3 Dieu renverserait-il le droit ?
Le Tout-Puissant renverserait-il la justice ?

4 Si tes fils ont péché contre lui,
Il les a livrés à leur péché.

5 Mais toi, si tu as recours à Dieu,
Si tu implores le Tout-Puissant ;

6 Si tu es juste et droit,
Certainement alors il veillera sur toi,
Et rendra le bonheur à ton innocente demeure ;

7 Ton ancienne prospérité semblera peu de chose,
Celle qui t'est réservée sera bien plus grande.

8 Interroge ceux des générations passées,
Sois attentif à l'expérience de leurs pères.

9 Car nous sommes d'hier, et nous ne savons rien,
Nos jours sur la terre ne sont qu'une ombre.

10 Ils t'instruiront, ils te parleront,
Ils tireront de leur cœur ces sentences :

11 Le jonc croît-il sans marais ?
Le roseau croît-il sans humidité ?

12 Encore vert et sans qu'on le coupe,
Il sèche plus vite que toutes les herbes.

13 Ainsi arrive-t-il à tous ceux qui oublient Dieu,
Et l'espérance de l'impie périra.

14 Son assurance est brisée,
Son soutien est une toile d'araignée.

15 Il s'appuie sur sa maison, et elle n'est pas ferme ;
Il s'y cramponne, et elle ne résiste pas.

16 Dans toute sa vigueur, en plein soleil,
Il étend ses rameaux sur son jardin,

17 Il entrelace ses racines parmi les pierres,
Il pénètre jusque dans les murailles ;

18 L'arrache-t-on du lieu qu'il occupe,
Ce lieu le renie : Je ne t'ai point connu !

19 Telles sont les délices que ses voies lui procurent.
Puis sur le même sol d'autres s'élèvent après lui.

20 Non, Dieu ne rejette point l'homme intègre,
Et il ne protège point les méchants.

21 Il remplira ta bouche de cris de joie,
Et tes lèvres de chants d'allégresse.

22 Tes ennemis seront couverts de honte ;
La tente des méchants disparaîtra.

Réponse de Job à Bildad.

9 Job prit la parole et dit :

2 Je sais bien qu'il en est ainsi ;
Comment l'homme serait-il juste devant Dieu ?

3 S'il voulait contester avec lui,
Sur mille choses il ne pourrait répondre à une seule.

4 A lui la sagesse et la toute-puissance :
Qui lui résisterait impunément ?

5 Il transporte soudain les montagnes,
Il les renverse dans sa colère.

6 Il secoue la terre sur sa base,
Et ses colonnes sont ébranlées.

7 Il commande au soleil, et le soleil ne paraît pas ;
Il met un sceau sur les étoiles.

8 Seul, il étend les cieux,
Il marche sur les hauteurs de la mer.

9 Il a créé la Grande Ourse, l'Orion et les Pléiades,
Et les étoiles des régions australes.

10 Il fait des choses grandes et insondables,
Des merveilles sans nombre.

11 Voici, il passe près de moi, et je ne le vois pas,
Il s'en va, et je ne l'aperçois pas.

12 S'il enlève, qui s'y opposera ?
Qui lui dira : Que fais-tu ?

13 Dieu ne retire point sa colère ;
Sous lui s'inclinent les appuis de l'orgueil.

14 Et moi, comment lui répondre ?
Quelles paroles choisir ?

15 Quand je serais juste, je ne répondrais pas ;
Je ne puis qu'implorer mon juge.

16 Et quand il m'exaucerait, si je l'invoque,
Je ne croirais pas qu'il eût écouté ma voix,

17 Lui qui m'assaille comme par une tempête,
Qui multiplie sans raison mes blessures,

18 Qui ne me laisse pas respirer,
Qui me rassasie d'amertume.

19 Recourir à la force ? Il est tout-puissant.
A la justice ? Qui me fera comparaître ?

20 Suis-je juste, ma bouche me condamnera ;
Suis-je innocent, il me déclarera coupable.

21 Innocent ! Je le suis ; mais je ne tiens pas à la vie,
Je méprise mon existence.

22 Qu'importe après tout ? Car, j'ose le dire,
Il détruit l'innocent comme le coupable.

23 Si du moins le fléau donnait soudain la mort !...
Mais il se rit des épreuves de l'innocent.

24 La terre est livrée aux mains de l'impie ;
Il voile la face des juges.
Si ce n'est pas lui, qui est-ce donc ?

25 Mes jours sont plus rapides qu'un courrier ;
Ils fuient sans avoir vu le bonheur ;

26 Ils passent comme les navires de jonc,
Comme l'aigle qui fond sur sa proie.

27 Si je dis : Je veux oublier mes souffrances,
Laisser ma tristesse, reprendre courage,

28 Je suis effrayé de toutes mes douleurs.
Je sais que tu ne me tiendras pas pour innocent.

29 Je serai jugé coupable ;
Pourquoi me fatiguer en vain ?

30 Quand je me laverais dans la neige,
Quand je purifierais mes mains avec du savon,

31 Tu me plongerais dans la fange,
Et mes vêtements m'auraient en horreur.

32 Il n'est pas un homme comme moi, pour que je lui réponde,
Pour que nous allions ensemble en justice.

33 Il n'y a pas entre nous d'arbitre,
Qui pose sa main sur nous deux.

34 Qu'il retire sa verge de dessus moi,
Que ses terreurs ne me troublent plus ;

35 Alors je parlerai et je ne le craindrai pas.
Autrement, je ne suis point à moi-même.

10 Mon âme est dégoûtée de la vie !
Je donnerai cours à ma plainte,
Je parlerai dans l'amertume de mon âme.

2 Je dis à Dieu : Ne me condamne pas !
Fais-moi savoir pourquoi tu me prends à partie !

3 Te paraît-il bien de maltraiter,
De repousser l'ouvrage de tes mains,
Et de faire briller ta faveur sur le conseil des méchants ?

4 As-tu des yeux de chair,
Vois-tu comme voit un homme ?

5 Tes jours sont-ils comme les jours de l'homme,
Et tes années comme ses années,

6 Pour que tu recherches mon iniquité,
Pour que tu t'enquières de mon péché,

7 Sachant bien que je ne suis pas coupable,
Et que nul ne peut me délivrer de ta main ?

8 Tes mains m'ont formé, elles m'ont créé,
Elles m'ont fait tout entier... Et tu me détruirais !

9 Souviens-toi que tu m'as façonné comme de l'argile ;
Voudrais-tu de nouveau me réduire en poussière ?

10 Ne m'as-tu pas coulé comme du lait ?
Ne m'as-tu pas caillé comme du fromage ?

11 Tu m'as revêtu de peau et de chair,
Tu m'as tissé d'os et de nerfs ;

12 Tu m'as accordé ta grâce avec la vie,
Tu m'as conservé par tes soins et sous ta garde.

13 Voici néanmoins ce que tu cachais dans ton cœur,
Voici, je le sais, ce que tu as résolu en toi-même.

14 Si je pèche, tu m'observes,
Tu ne pardonnes pas mon iniquité.

15 Suis-je coupable, malheur à moi !
Suis-je innocent, je n'ose lever la tête,
Rassasié de honte et absorbé dans ma misère.

16 Et si j'ose la lever, tu me poursuis comme un lion,
Tu me frappes encore par des prodiges.

17 Tu m'opposes de nouveaux témoins,
Tu multiplies tes fureurs contre moi,
Tu m'assailles d'une succession de calamités.

18 Pourquoi m'as-tu fait sortir du sein de ma mère ?
Je serais mort, et aucun œil ne m'aurait vu ;

19 Je serais comme si je n'eusse pas existé,
Et j'aurais passé du ventre de ma mère au sépulcre.

20 Mes jours ne sont-ils pas en petit nombre ? Qu'il me laisse,
Qu'il se retire de moi, et que je respire un peu,

21 Avant que je m'en aille, pour ne plus revenir,
Dans le pays des ténèbres et de l'ombre de la mort,

22 Pays d'une obscurité profonde,
Où règnent l'ombre de la mort et la confusion,
Et où la lumière est semblable aux ténèbres.

Discours de Tsophar à Job.

11 Tsophar de Naama prit la parole et dit :

2 Cette multitude de paroles ne trouvera-t-elle point de réponse,
Et suffira-t-il d'être un discoureur pour avoir raison ?

3 Tes vains propos feront-ils taire les gens ?
Te moqueras-tu, sans que personne te confonde ?

4 Tu dis : Ma manière de voir est juste,
Et je suis pur à tes yeux.

5 Oh ! si Dieu voulait parler,
S'il ouvrait les lèvres pour te répondre,

6 Et s'il te révélait les secrets de sa sagesse,
De son immense sagesse,
Tu verrais alors qu'il ne te traite pas selon ton iniquité.

7 Prétends-tu sonder les pensées de Dieu,
Parvenir à la connaissance parfaite du Tout-Puissant ?

8 Elle est aussi haute que les cieux : que feras-tu ?
Plus profonde que le séjour des morts : que sauras-tu ?

9 La mesure en est plus longue que la terre,
Elle est plus large que la mer.

10 S'il passe, s'il saisit,
S'il traîne à son tribunal, qui s'y opposera ?

11 Car il connaît les vicieux,
Il voit facilement les coupables.

12 L'homme, au contraire, a l'intelligence d'un fou,
Il est né comme le petit d'un âne sauvage.

13 Pour toi, dirige ton cœur vers Dieu,
Etends vers lui tes mains,

14 Eloigne-toi de l'iniquité,
Et ne laisse pas habiter l'injustice sous ta tente.

15 Alors tu lèveras ton front sans tache,
Tu seras ferme et sans crainte ;

16 Tu oublieras tes souffrances,
Tu t'en souviendras comme des eaux écoulées.

17 Tes jours auront plus d'éclat que le soleil à son midi,
Tes ténèbres seront comme la lumière du matin,

18 Tu seras plein de confiance, et ton attente ne sera plus vaine ;
Tu regarderas autour de toi, et tu reposeras en sûreté.

19 Tu te coucheras sans que personne ne te trouble,
Et plusieurs caresseront ton visage.

20 Mais les yeux des méchants seront consumés ;
Pour eux point de refuge ;
La mort, voilà leur espérance !

Psaumes 85

85 Au chef des chantres. Des fils de Koré. Psaume.

2 Tu as été favorable à ton pays, ô Eternel !
Tu as ramené les captifs de Jacob ;

3 Tu as pardonné l'iniquité de ton peuple,
Tu as couvert tous ses péchés ;

Pause.

4 Tu as retiré toute ta fureur,
Tu es revenu de l'ardeur de ta colère.

5 Rétablis-nous, Dieu de notre salut !
Cesse ton indignation contre nous !

6 T'irriteras-tu contre nous à jamais ?
Prolongeras-tu ta colère éternellement ?

7 Ne nous rendras-tu pas à la vie,
Afin que ton peuple se réjouisse en toi ?

8 Eternel ! fais-nous voir ta bonté,
Et accorde-nous ton salut !

9 J'écouterai ce que dit Dieu, l'Eternel ;
Car il parle de paix à son peuple et à ses fidèles,
Pourvu qu'ils ne retombent pas dans la folie.

10 Oui, son salut est près de ceux qui le craignent,
Afin que la gloire habite dans notre pays.

11 La bonté et la fidélité se rencontrent,
La justice et la paix s'embrassent ;

12 La fidélité germe de la terre,
Et la justice regarde du haut des cieux.

13 L'Eternel aussi accordera le bonheur,
Et notre terre donnera ses fruits.

14 La justice marchera devant lui,
Et imprimera ses pas sur le chemin.

Proverbes 25.21-22

21 Si ton ennemi a faim, donne-lui du pain à manger ;
S'il a soif, donne-lui de l'eau à boire.

22 Car ce sont des charbons ardents que tu amasses sur sa tête,
Et l'Eternel te récompensera.

1 Timothée 3.1-16

Les devoirs des évêques et des diacres.

3 Cette parole est certaine : Si quelqu'un aspire à la charge d'évêque, il désire une œuvre excellente. 2 Il faut donc que l'évêque soit irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement. 3 Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. 4 Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; 5 car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Eglise de Dieu ? 6 Il ne faut pas qu'il soit un nouveau converti, de peur qu'enflé d'orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. 7 Il faut aussi qu'il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l'opprobre et dans les pièges du diable.

8 Les diacres aussi doivent être honnêtes, éloignés de la duplicité, des excès du vin, d'un gain sordide, 9 conservant le mystère de la foi dans une conscience pure. 10 Qu'on les éprouve d'abord, et qu'ils exercent ensuite leur ministère, s'ils sont sans reproche. 11 Les femmes, de même, doivent être honnêtes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses. 12 Les diacres doivent être maris d'une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons ; 13 car ceux qui remplissent convenablement leur ministère s'acquièrent un rang honorable, et une grande assurance dans la foi en Jésus-Christ.

14 Je t'écris ces choses, avec l'espérance d'aller bientôt vers toi, 15 mais afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et l'appui de la vérité. 16 Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand : celui qui a été manifesté en chair, justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire.