retour

La Bible en un an

Jeudi 19 octobre 2017

Job 16.1-19.29

Réponse de Job à Eliphaz.

16 Job prit la parole et dit :

2 J'ai souvent entendu pareilles choses ;
Vous êtes tous des consolateurs fâcheux.

3 Quand finiront ces discours en l'air ?
Pourquoi cette irritation dans tes réponses ?

4 Moi aussi, je pourrais parler comme vous,
Si vous étiez à ma place :
Je vous accablerais de paroles,
Je secouerais sur vous la tête,

5 Je vous fortifierais de la bouche,
Je remuerais les lèvres pour vous soulager.

6 Si je parle, mes souffrances ne seront point calmées,
Si je me tais, en quoi seront-elles moindres ?

7 Maintenant, hélas ! il m'a épuisé...
Tu as ravagé toute ma maison ;

8 Tu m'as saisi, pour témoigner contre moi ;
Ma maigreur se lève, et m'accuse en face.

9 Il me déchire et me poursuit dans sa fureur,
Il grince des dents contre moi,
Il m'attaque et me perce de son regard.

10 Ils ouvrent la bouche pour me dévorer,
Ils m'insultent et me frappent les joues,
Ils s'acharnent tous après moi.

11 Dieu me livre à la merci des impies,
Il me précipite entre les mains des méchants.

12 J'étais tranquille, et il m'a secoué,
Il m'a saisi par la nuque et m'a brisé,
Il a tiré sur moi comme à un but.

13 Ses traits m'environnent de toutes parts ;
Il me perce les reins sans pitié,
Il répand ma bile sur la terre.

14 Il me fait brèche sur brèche,
Il fond sur moi comme un guerrier.

15 J'ai cousu un sac sur ma peau ;
J'ai roulé ma tête dans la poussière.

16 Les pleurs ont altéré mon visage ;
L'ombre de la mort est sur mes paupières.

17 Je n'ai pourtant commis aucune violence,
Et ma prière fut toujours pure.

18 O terre, ne couvre point mon sang,
Et que mes cris prennent librement leur essor !

19 Déjà maintenant, mon témoin est dans le ciel,
Mon témoin est dans les lieux élevés.

20 Mes amis se jouent de moi ;
C'est Dieu que j'implore avec larmes.

21 Puisse-t-il donner à l'homme raison contre Dieu,
Et au fils de l'homme contre ses amis !

22 Car le nombre de mes années touche à son terme,
Et je m'en irai par un sentier d'où je ne reviendrai pas.

17 Mon souffle se perd,
Mes jours s'éteignent,
Le sépulcre m'attend.

2 Je suis environné de moqueurs,
Et mon œil doit contempler leurs insultes.

3 Sois auprès de toi-même ma caution ;
Autrement, qui répondrait pour moi ?

4 Car tu as fermé leur cœur à l'intelligence ;
Aussi ne les laisseras-tu pas triompher.

5 On invite ses amis au partage du butin,
Et l'on a des enfants dont les yeux se consument.

6 Il m'a rendu la fable des peuples,
Et ma personne est un objet de mépris.

7 Mon œil est obscurci par la douleur ;
Tous mes membres sont comme une ombre.

8 Les hommes droits en sont stupéfaits,
Et l'innocent se soulève contre l'impie.

9 Le juste néanmoins demeure ferme dans sa voie,
Celui qui a les mains pures se fortifie de plus en plus.

10 Mais vous tous, revenez à vos mêmes discours,
Et je ne trouverai pas un sage parmi vous.

11 Quoi ! mes jours sont passés, mes projets sont anéantis,
Les projets qui remplissaient mon cœur...

12 Et ils prétendent que la nuit c'est le jour,
Que la lumière est proche quand les ténèbres sont là !

13 C'est le séjour des morts que j'attends pour demeure,
C'est dans les ténèbres que je dresserai ma couche ;

14 Je crie à la fosse : Tu es mon père !
Et aux vers : Vous êtes ma mère et ma sœur !

15 Mon espérance, où donc est-elle ?
Mon espérance, qui peut la voir ?

16 Elle descendra vers les portes du séjour des morts,
Quand nous irons ensemble reposer dans la poussière.

Second discours de Bildad à Job.

18 Bildad de Schuach prit la parole et dit :

2 Quand mettrez-vous un terme à ces discours ?
Ayez de l'intelligence, puis nous parlerons.

3 Pourquoi sommes-nous regardés comme des bêtes ?
Pourquoi ne sommes-nous à vos yeux que des brutes ?

4 O toi qui te déchires dans ta fureur,
Faut-il, à cause de toi, que la terre devienne déserte ?
Faut-il que les rochers disparaissent de leur place ?

5 La lumière du méchant s'éteindra,
Et la flamme qui en jaillit cessera de briller.

6 La lumière s'obscurcira sous sa tente,
Et sa lampe au-dessus de lui s'éteindra.

7 Ses pas assurés seront à l'étroit ;
Malgré ses efforts, il tombera.

8 Car il met les pieds sur un filet,
Il marche dans les mailles,

9 Il est saisi au piège par le talon,
Et le filet s'empare de lui ;

10 Le cordeau est caché dans la terre,
Et la trappe est sur son sentier.

11 Des terreurs l'assiègent, l'entourent,
Le poursuivent par derrière.

12 La faim consume ses forces,
La misère est à ses côtés.

13 Les parties de sa peau sont l'une après l'autre dévorées,
Ses membres sont dévorés par le premier-né de la mort.

14 Il est arraché de sa tente où il se croyait en sûreté,
Il se traîne vers le roi des épouvantements.

15 Nul des siens n'habite sa tente,
Le soufre est répandu sur sa demeure.

16 En bas, ses racines se dessèchent ;
En haut, ses branches sont coupées.

17 Sa mémoire disparaît de la terre,
Son nom n'est plus sur la face des champs.

18 Il est poussé de la lumière dans les ténèbres,
Il est chassé du monde.

19 Il ne laisse ni descendants ni postérité parmi son peuple,
Ni survivant dans les lieux qu'il habitait.

20 Les générations à venir seront étonnées de sa ruine,
Et la génération présente sera saisie d'effroi.

21 Point d'autre destinée pour le méchant,
Point d'autre sort pour qui ne connaît pas Dieu !

Réponse de Job à Bildad.

19 Job prit la parole et dit :

2 Jusques à quand affligerez-vous mon âme,
Et m'écraserez-vous de vos discours ?

3 Voilà dix fois que vous m'outragez ;
N'avez-vous pas honte de m'étourdir ainsi ?

4 Si réellement j'ai péché,
Seul j'en suis responsable.

5 Pensez-vous me traiter avec hauteur ?
Pensez-vous démontrer que je suis coupable ?

6 Sachez alors que c'est Dieu qui me poursuit,
Et qui m'enveloppe de son filet.

7 Voici, je crie à la violence, et nul ne répond ;
J'implore justice, et point de justice !

8 Il m'a fermé toute issue, et je ne puis passer ;
Il a répandu des ténèbres sur mes sentiers.

9 Il m'a dépouillé de ma gloire,
Il a enlevé la couronne de ma tête.

10 Il m'a brisé de toutes parts, et je m'en vais ;
Il a arraché mon espérance comme un arbre.

11 Il s'est enflammé de colère contre moi,
Il m'a traité comme l'un de ses ennemis.

12 Ses troupes se sont de concert mises en marche,
Elles se sont frayé leur chemin jusqu'à moi,
Elles ont campées autour de ma tente.

13 Il a éloigné de moi mes frères,
Et mes amis se sont détournés de moi ;

14 Je suis abandonné de mes proches,
Je suis oublié de mes intimes.

15 Je suis un étranger pour mes serviteurs et mes servantes,
Je ne suis plus à leurs yeux qu'un inconnu.

16 J'appelle mon serviteur, et il ne répond pas ;
Je le supplie de ma bouche, et c'est en vain.

17 Mon humeur est à charge à ma femme,
Et ma plainte aux fils de mes entrailles.

18 Je suis méprisé même par des enfants ;
Si je me lève, je reçois leurs insultes.

19 Ceux que j'avais pour confidents m'ont en horreur,
Ceux que j'aimais se sont tournés contre moi.

20 Mes os sont attachés à ma peau et à ma chair ;
Il ne me reste que la peau des dents.

21 Ayez pitié, ayez pitié de moi, vous, mes amis !
Car la main de Dieu m'a frappé.

22 Pourquoi me poursuivre comme Dieu me poursuit ?
Pourquoi vous montrer insatiables de ma chair ?

23 Oh ! je voudrais que mes paroles fussent écrites,
Qu'elles fussent écrites dans un livre ;

24 Je voudrais qu'avec un burin de fer et avec du plomb
Elles fussent pour toujours gravées dans le roc...

25 Mais je sais que mon rédempteur est vivant,
Et qu'il se lèvera le dernier sur la terre.

26 Quand ma peau sera détruite, il se lèvera ;
Quand je n'aurai plus de chair, je verrai Dieu.

27 Je le verrai, et il me sera favorable ;
Mes yeux le verront, et non ceux d'un autre ;
Mon âme languit d'attente au dedans de moi.

28 Vous direz alors : Pourquoi le poursuivions-nous ?
Car la justice de ma cause sera reconnue.

29 Craignez pour vous le glaive :
Les châtiments par le glaive sont terribles !
Et sachez qu'il y a un jugement.

Psaumes 87

87 Des fils de Koré. Psaume. Cantique.

Elle est fondée sur les montagnes saintes.

2 L'Eternel aime les portes de Sion
Plus que toutes les demeures de Jacob.

3 Des choses glorieuses ont été dites sur toi,
Ville de Dieu !

Pause.

4 Je proclame l'Egypte et Babylone parmi ceux qui me connaissent ;
Voici, le pays des Philistins, Tyr, avec l'Ethiopie :
C'est dans Sion qu'ils sont nés.

5 Et de Sion il est dit : Tous y sont nés,
Et c'est le Très-Haut qui l'affermit.

6 L'Eternel compte en inscrivant les peuples :
C'est là qu'ils sont nés.

Pause.

7 Et ceux qui chantent et ceux qui dansent s'écrient :
Toutes mes sources sont en toi.

Proverbes 25.25-26

25 Comme de l'eau fraîche pour une personne fatiguée,
Ainsi est une bonne nouvelle venant d'une terre lointaine.

26 Comme une fontaine troublée et une source corrompue,
Ainsi est le juste qui chancelle devant le méchant.

1 Timothée 5.1-6.2

5 Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père ; exhorte les jeunes gens comme des frères, 2 les femmes âgées comme des mères, celles qui sont jeunes comme des sœurs, en toute pureté.

Directions au sujet des veuves, des anciens, des serviteurs.

3 Honore les veuves qui sont véritablement veuves. 4 Si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, qu'ils apprennent avant tout à exercer la piété envers leur propre famille, et à rendre à leurs parents ce qu'ils ont reçu d'eux ; car cela est agréable à Dieu. 5 Celle qui est véritablement veuve, et qui est demeurée dans l'isolement, met son espérance en Dieu et persévère nuit et jour dans les supplications et les prières. 6 Mais celle qui vit dans les plaisirs est morte, quoique vivante. 7 Déclare-leur ces choses, afin qu'elles soient irréprochables. 8 Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle. 9 Qu'une veuve, pour être inscrite sur le rôle, n'ait pas moins de soixante ans, qu'elle ait été femme d'un seul mari, 10 qu'elle soit recommandable par de bonnes œuvres, ayant élevé des enfants, exercé l'hospitalité, lavé les pieds des saints, secouru les malheureux, pratiqué toute espèce de bonne œuvre. 11 Mais refuse les jeunes veuves ; car, lorsque la volupté les détache du Christ, elles veulent se marier, 12 et se rendent coupables en ce qu'elles violent leur premier engagement. 13 Avec cela, étant oisives, elles apprennent à aller de maison en maison ; et non seulement elles sont oisives, mais encore causeuses et intrigantes, disant ce qu'il ne faut pas dire. 14 Je veux donc que les jeunes se marient, qu'elles aient des enfants, qu'elles dirigent leur maison, qu'elles ne donnent à l'adversaire aucune occasion de médire ; 15 car déjà quelques-unes se sont détournées pour suivre Satan. 16 Si quelque fidèle, homme ou femme, a des veuves, qu'il les assiste, et que l'Eglise n'en soit point chargée, afin qu'elle puisse assister celles qui sont véritablement veuves.

17 Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d'un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l'enseignement. 18 Car l'Ecriture dit : Tu n'emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l'ouvrier mérite son salaire. 19 Ne reçois point d'accusation contre un ancien, si ce n'est sur la déposition de deux ou trois témoins. 20 Ceux qui pèchent, reprends-les devant tous, afin que les autres aussi éprouvent de la crainte. 21 Je te conjure devant Dieu, devant Jésus-Christ, et devant les anges élus, d'observer ces choses sans prévention, et de ne rien faire par faveur. 22 N'impose les mains à personne avec précipitation, et ne participe pas aux péchés d'autrui ; toi-même, conserve-toi pur. 23 Ne continue pas à ne boire que de l'eau ; mais fais usage d'un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions. 24 Les péchés de certains hommes sont manifestes, même avant qu'on les juge, tandis que chez d'autres, ils ne se découvrent que dans la suite. 25 De même, les bonnes œuvres sont manifestes, et celles qui ne le sont pas ne peuvent rester cachées.

6 Que tous ceux qui sont sous le joug de la servitude regardent leurs maîtres comme dignes de tout honneur, afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas blasphémés. 2 Et que ceux qui ont des fidèles pour maîtres ne les méprisent pas, sous prétexte qu'ils sont frères ; mais qu'ils les servent d'autant mieux que ce sont des fidèles et des bien-aimés qui s'attachent à leur faire du bien. Enseigne ces choses et recommande-les.