chapitre précédent retour chapitre suivant

Louis Segond – Habakuk 1

Habakuk

1 Oracle révélé à Habakuk, le prophète.

2 Jusqu'à quand, ô Eternel ?... J'ai crié,
Et tu n'écoutes pas !
J'ai crié vers toi à la violence,
Et tu ne secours pas !

3 Pourquoi me fais-tu voir l'iniquité,
Et contemples-tu l'injustice ?
Pourquoi l'oppression et la violence sont-elles devant moi ?
Il y a des querelles, et la discorde s'élève.

4 Aussi la loi n'a point de vie,
La justice n'a point de force ;
Car le méchant triomphe du juste,
Et l'on rend des jugements iniques.

5 Jetez les yeux parmi les nations, regardez,
Et soyez saisis d'étonnement, d'épouvante !
Car je vais faire en vos jours une œuvre,
Que vous ne croiriez pas si on la racontait.

6 Voici, je vais susciter les Chaldéens,
Peuple furibond et impétueux,
Qui traverse de vastes étendues de pays,
Pour s'emparer de demeures qui ne sont pas à lui.

7 Il est terrible et formidable ;
De lui seul viennent son droit et sa grandeur.

8 Ses chevaux sont plus rapides que les léopards,
Plus agiles que les loups du soir,
Et ses cavaliers s'avancent avec orgueil ;
Ses cavaliers arrivent de loin,
Ils volent comme l'aigle qui fond sur sa proie.

9 Tout ce peuple vient pour se livrer au pillage ;
Ses regards avides se portent en avant,
Et il assemble des prisonniers comme du sable.

10 Il se moque des rois,
Et les princes font l'objet de ses railleries ;
Il se rit de toutes les forteresses,
Il amoncelle de la terre, et il les prend.

11 Alors son ardeur redouble,
Il poursuit sa marche, et il se rend coupable.
Sa force à lui, voilà son dieu !

12 N'es-tu pas de toute éternité,
Eternel, mon Dieu, mon Saint ?
Nous ne mourrons pas !
O Eternel, tu as établi ce peuple pour exercer tes jugements ;
O mon rocher, tu l'as suscité pour infliger tes châtiments.

13 Tes yeux sont trop purs pour voir le mal,
Et tu ne peux pas regarder l'iniquité.
Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu,
Quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui ?

14 Traiterais-tu l'homme comme les poissons de la mer,
Comme le reptile qui n'a point de maître ?

15 Il les fait tous monter avec l'hameçon,
Il les attire dans son filet,
Il les assemble dans ses rets :
Aussi est-il dans la joie et dans l'allégresse.

16 C'est pourquoi il sacrifie à son filet,
Il offre de l'encens à ses rets ;
Car par eux sa portion est grasse,
Et sa nourriture succulente.

17 Videra-t-il pour cela son filet,
Et toujours égorgera-t-il sans pitié les nations ?

chapitre précédent retour chapitre suivant