chapitre précédent retour chapitre suivant

Louis Segond – Joël 1

Joël

Une invasion de sauterelles.
Exhortation à la repentance.

1 La parole de l'Eternel qui fut adressée à Joël, fils de Pethuel.

2 Ecoutez ceci, vieillards !
Prêtez l'oreille, vous tous, habitants du pays !
Rien de pareil est-il arrivé de votre temps,
Ou du temps de vos pères ?

3 Racontez-le à vos enfants,
Et que vos enfants le racontent à leurs enfants,
Et leurs enfants à la génération qui suivra !

4 Ce qu'a laissé le gazam, la sauterelle l'a dévoré ;
Ce qu'a laissé la sauterelle, le jélek l'a dévoré ;
Ce qu'a laissé le jélek, le hasil l'a dévoré.

5 Réveillez-vous, ivrognes, et pleurez !
Vous tous, buveurs de vin, gémissez,
Parce que le moût vous est enlevé de la bouche !

6 Car un peuple est venu fondre sur mon pays,
Puissant et innombrable.
Il a les dents d'un lion,
Les mâchoires d'une lionne.

7 Il a dévasté ma vigne ;
Il a mis en morceaux mon figuier,
Il l'a dépouillé, abattu ;
Les rameaux de la vigne ont blanchi.

8 Lamente-toi, comme la vierge qui se revêt d'un sac
Pour pleurer l'ami de sa jeunesse !

9 Offrandes et libations disparaissent de la maison de l'Eternel ;
Les sacrificateurs, serviteurs de l'Eternel, sont dans le deuil.

10 Les champs sont ravagés,
La terre est attristée ;
Car les blés sont détruits,
Le moût est tari, l'huile est desséchée.

11 Les laboureurs sont consternés, les vignerons gémissent,
A cause du froment et de l'orge,
Parce que la moisson des champs est perdue.

12 La vigne est confuse,
Le figuier languissant ;
Le grenadier, le palmier, le pommier,
Tous les arbres des champs sont flétris...
La joie a cessé parmi les fils de l'homme !

13 Sacrificateurs, ceignez-vous et pleurez !
Lamentez-vous, serviteurs de l'autel !
Venez, passez la nuit revêtus de sacs,
Serviteurs de mon Dieu !
Car offrandes et libations ont disparu de la maison de votre Dieu.

14 Publiez un jeûne, une convocation solennelle !
Assemblez les vieillards, tous les habitants du pays,
Dans la maison de l'Eternel, votre Dieu,
Et criez à l'Eternel !

15 Ah ! quel jour !
Car le jour de l'Eternel est proche :
Il vient comme un ravage du Tout-Puissant.

16 La nourriture n'est-elle pas enlevée sous nos yeux ?
La joie et l'allégresse n'ont-elles pas disparu de la maison de notre Dieu ?

17 Les semences ont séché sous les mottes ;
Les greniers sont vides,
Les magasins sont en ruines,
Car il n'y a point de blé.

18 Comme les bêtes gémissent !
Les troupeaux de bœufs sont consternés,
Parce qu'ils sont sans pâturage ;
Et même les troupeaux de brebis sont en souffrance.

19 C'est vers toi que je crie, ô Eternel !
Car le feu a dévoré les plaines du désert,
Et la flamme a brûlé tous les arbres des champs.

20 Les bêtes des champs crient aussi vers toi ;
Car les torrents sont à sec,
Et le feu a dévoré les plaines du désert.

chapitre précédent retour chapitre suivant